Pratiques de soins standard 

Par « soins standard », on entend le niveau minimal de soins que tous les patients reçoivent, peu importe leur état nutritionnel.

Voici quelques stratégies visant à favoriser l’apport alimentaire chez tous les patients :

Sensibiliser à l’importance de la nutrition (expand +/-)

  • Augmenter la sensibilisation à l’importance du moment des repas dans les différents services encourage les membres du personnel à y être attentifs et à modifier leurs façons de faire (par exemple, éviter d’interrompre les repas des patients, s’arranger pour terminer une évaluation juste avant le moment du repas de façon à pouvoir ensuite aider le patient à se préparer à manger).
  • Des affiches peuvent être utilisées pour accroître la sensibilisation. 
  • De brèves séances informatives au sujet de la nutrition peuvent être données au cours de réunions ou de dîners-conférences.

Faire participer les bénévoles (expand +/-)

  • Mettez sur pied un programme de bénévolat pour l’aide aux repas.
  • Les bénévoles peuvent aider à dégager la table de chevet pour que le patient puisse y manger, à ouvrir les emballages, à encourager les patients à manger et à rendre visite à ceux qui ont besoin de compagnie à l’heure des repas.
  • Puisqu’ils sont en contact avec les patients, les bénévoles pourront communiquer les préférences alimentaires des patients à la diététiste par l’entremise d’un carnet de communication.
  • Les bénévoles ne doivent pas obligatoirement faire manger les patients.
  • Faites participer les coordonnateurs du bénévolat au recrutement et à la formation des bénévoles.
  • Recrutez des bénévoles déjà actifs dans l’hôpital, des internes, des étudiants, etc., pour aider au moment des repas. Ce sera en outre une excellente façon pour les étudiants et internes d’acquérir de l’expérience et d’interagir avec les patients.
  • Un modèle de description des tâches des bénévoles, du matériel éducatif et d’autres outils vous sont proposés ci-dessous. 

Encourager les patients à manger (expand +/-)

  • Tous les membres du personnel peuvent donner des encouragements au sujet de la nourriture offerte à l’hôpital.
  • Au moment de la distribution des plateaux de repas, les employés des services alimentaires peuvent encourager les patients à manger en faisant des remarques positives à propos des plats qu’ils leur apportent.
  • Si les membres du personnel ont une piètre opinion de la nourriture offerte aux patients, donnez-leur l’occasion d’y goûter ou donnez-leur de l’information sur la provenance des ingrédients (p. ex., culture locale), etc.
  • Encouragez les membres de la famille à apporter de la maison des aliments nutritifs que le patient apprécie, afin de stimuler son appétit.
  • Encouragez les membres de la famille à rendre visite au patient à l’heure des repas afin de lui tenir compagnie à ce moment important de la journée, tout en pouvant l’aider à manger. Ils pourront, s’ils le veulent, apporter leur propre repas, de façon à en bénéficier eux aussi sur le plan nutritionnel.

Mettre les aliments sur le même pied que les medicaments (expand +/-)

  • Des rappels peuvent être affichés dans la chambre du patient (p. ex., sur une affiche plastifiée au pied du lit) afin d’indiquer les principales difficultés pouvant nuire à l’alimentation de ce patient ou de ne pas oublier de lui donner, avant le repas, ses lunettes, son appareil auditif, son dentier, etc.
  • Les réfrigérateurs de l’unité peuvent être approvisionnés en aliments et boissons que le personnel et les patients considèrent comme étant nutritifs et acceptables. Ces provisions supplémentaires permettront d’offrir de la nourriture en dehors de l’heure des repas, notamment la nuit.
  • Dans les hôpitaux qui offrent des choix de menus, on pourra mieux renseigner le personnel sur la façon de communiquer les préférences alimentaires des patients qui ne sont pas en mesure de remplir leur formulaire.
  • Ayez pour objectif de faire distribuer les repas à heures fixes, de façon à ce que les visiteurs venus pour aider puissent planifier adéquatement leur visite autour de l’heure prévue de la livraison des plateaux.
  • Lorsqu’un patient ne mange pas suffisamment, permettez à sa famille de lui apporter de la nourriture. Mettez en place un système d’étiquetage et de conservation des aliments provenant de l’extérieur.
  • Essayez de réduire les pauses du personnel pendant l’heure des repas des patients, afin d’augmenter le nombre de personnes disponibles pour aider les patients à se préparer pour leur repas et, au besoin, à manger.
  • La distribution des plateaux de repas aux patients en isolation est un problème dans certains hôpitaux. Mettez différentes stratégies à l’essai afin d’assurer que les patients en isolation reçoivent des repas chauds. Par exemple, les plateaux pourraient être laissés au poste des infirmières, afin qu’ils soient ensuite distribués rapidement.

Outils

Rappels à afficher au pied du lit
Une affiche à plastifier et à placer au pied du lit de chaque patient en guise de rappel au sujet des gestes à poser, particulièrement au moment des repas (lunettes, dentiers à remettre au patient, etc.).

Participation des bénévoles

La conséquence de l’ordonnance du régime NPO
Ce court article (en anglais seulement), écrit par le docteur Jeejeebhoy, décrit ce qui se produit dans l’organisme lorsqu’une personne est à jeun ou ne reçoit rien par voie orale (aucune nourriture ni aucun liquide) pendant trop longtemps. Il s’agit d’une pratique non recommandée en milieu hospitalier.

 

 

Droite - cliquez sur en fonction le lien, et le choisissez « save link as... »


Remerciements : Les idées et ressources présentées sur cette page ont été en partie fournies par les hôpitaux ayant participé au projet More-2-Eat.


© 2017 Canadian Malnutrition Task Force
^