Surveillance

La malnutrition peut apparaître rapidement à l’hôpital, et il est par conséquent important de surveiller l’apport alimentaire et le poids de tous les patients.

Pourquoi faut-il surveiller l’alimentation à l’hôpital? (expand +/-)

Un mauvais apport alimentaire, même chez un patient ayant un bon état nutritionnel, peut faire en sorte que le séjour à l’hôpital se prolonge. Le poids corporel est un indicateur essentiel du rétablissement du patient. Peser les patients à l’admission, puis une fois par semaine pendant toute la durée de l’hospitalisation fait partie des soins standard qui devraient être prodigués à tous les patients. Le poids peut changer rapidement en raison de la perte ou du gain de liquides. L’immobilité peut aussi rapidement entraîner une perte de masse musculaire, particulièrement si le patient ne se sent pas bien. Une perte de poids rapide est aussi un indicateur de déshydratation (sauf en présence d’œdème), qui peut avoir des conséquences graves, comme le délire, des réactions indésirables aux médicaments et même le décès.

Comment mesure-t-on l’apport alimentaire? (expand +/-)

Un faible apport alimentaire se définit généralement par la consommation de ≤ 50 % de la nourriture offerte sur le plateau de repas. Divers outils peuvent être utilisés pour mesurer l’apport alimentaire. De nombreux hôpitaux ont déjà en place une forme de surveillance de l’apport alimentaire (p. ex., feuille de suivi de l’infirmière, rapports sur les signes vitaux); on peut, si c’est le cas, se donner pour objectif de s’assurer que la surveillance s’effectue régulièrement, que les données sur les portions d’aliments consommées sont consignées adéquatement et que le fait d’observer un faible apport alimentaire chez un patient entraîne des mesures concrètes. On peut choisir d’utiliser l’Outil Mon alimentation (http://www.nutritioncareincanada.ca/sites/default/uploads/files/My-Mealtime-Intake_FR.pdf), qui a été développé et testé auprès de patients âgés et qui peut être rempli par les patients ayant des facultés cognitives suffisantes, ou alors par un membre de la famille ou du personnel soignant.

Si la surveillance de l’apport alimentaire est confiée au personnel, il est particulièrement important de lui donner de la formation sur l’estimation de la taille des portions. Des images des portions consommées dans les plateaux de repas peuvent être utiles pour la formation et aussi servir de rappel en étant affichées dans les chambres des patients. La formation peut prendre diverses formes : présentations, lecture d’outils éducatifs, accompagnement de membres du personnel dans leur travail afin de leur montrer les étapes du processus. N’oubliez pas d’informer le personnel de ce qu’il doit faire de l’information recueillie (à l’aide de l’Outil Mon alimentation ou de la documentation des infirmières) au sujet de l’apport alimentaire. Il ne sert à rien de surveiller l’apport alimentaire si l’on ne fait rien par la suite pour corriger la situation lorsque l’on observe qu’un patient ne mange pas bien!

Comment relier la surveillance de l’apport alimentaire à un traitement? (expand +/-)

Il est nécessaire de communiquer l’information au sujet d’un patient ayant un faible apport alimentaire. En collaboration avec les membres du personnel qui effectuent la surveillance de l’alimentation, mettez sur pied un processus qui soit réalisable, puis travaillez à obtenir l’approbation générale. Il est essentiel, lors de l’implantation de pratiques de surveillance, de former et de motiver les membres du personnel afin qu’ils reconnaissent l’importance de ces pratiques, qu’ils fassent un suivi adéquat de l’alimentation des patients et qu’ils fassent suivre l’observation d’un faible apport alimentaire par des mesures correctives appropriées après avoir compris pourquoi le patient ne mange pas bien. Il n’est pas toujours nécessaire d’adresser à la diététiste les patients dont l’alimentation est déficiente. Par exemple, si l’on découvre qu’un patient mange mal parce qu’il n’aime pas la nourriture qui lui est offerte, on pourra simplement tenir compte de ses préférences alimentaires.

Comment implanter la pesée régulière des patients durant leur hospitalisation?  (expand +/-)

La pesée des patients à l’admission puis à intervalles réguliers pendant toute la durée de l’hospitalisation est une pratique de soins standard importante. Si la pesée à l’admission n’est pas déjà une pratique établie, commencez par sensibiliser le personnel à l’importance de cette statistique essentielle pour les soins et le rétablissement du patient. Il peut être difficile d’obtenir que le poids soit mesuré régulièrement durant l’hospitalisation, et le personnel y opposera sans doute une certaine résistance au départ. Toutefois, après un certain temps, la plupart des employés reconnaissent que ce n’est pas très long, que c’est relativement facile à faire et que cela est utile à un bon nombre de leurs collègues soignants. Intégrer la pesée aux soins de routine, par exemple en instaurant une « journée de la pesée », est important pour que la pratique perdure.

Outils

Surveillance de l’apport alimentaire :

Modèles de surveillance de l’apport alimentaire 
Ce document fournit des exemples de la façon dont on peut surveiller l’alimentation des patients, basés sur les pratiques en usage dans les hôpitaux ayant participé à l’étude More-2-Eat.

Guide d’utilisation de l’outil « Mon alimentation »
Ce formulaire explique comment le patient ou un membre de la famille est à completer Mon alimentation

Mon alimentation
Ce formulaire est pour les patients ou les membres de la famille à remplir. Il est d’aider les professionnels de soins de santé à apprendre comment bien le patient est en train de manger.

Estimation visuelle de l’apport alimentaire du patient
Fatigué de “nombre de calories”, car ils ne sont pas dûment remplie et personne n’a le temps d’analyser les résultats? Essayez d’utiliser ce formulaire rapide pour estimer le pourcentage de l’apport alimentaire et fluide qu’un patient consomme au repas et les collations. Le Groupe de travail canadien sur la malnutrition a rapporté que manger moins de 50% de la nourriture et les liquides fourni est un facteur de risque indépendant de la malnutrition. Cet outil rapide et simple peut donner des résultats intéressants.

Présentation sur les outils de surveillance de l’alimentation
Cette présentation PowerPoint explique comment et quand utiliser l’Outil Mon alimentation et l’Outil d’évaluation des repas.

Consigner les données sur l’apport alimentaire :

Fiche d’évaluation de l’alimentation du patient 
Ce formulaire est laissé à la porte de la chambre du patient et est rempli à chaque repas. Lorsqu’il a été rempli au complet, on l’ajoute au dossier. Une feuille explicative sur cette fiche à l’intention du personnel peut être obtenue ici. 

Tableau blanc
Ce tableau blanc provient d’une « unité de soins responsables », qui a intégré la surveillance de l’apport alimentaire à ses pratiques. Dans leur hôpital, l’employé des services alimentaires qui distribue les plateaux déplace l’aimant sur le tableau de façon à indiquer le pourcentage correspondant à ce que le patient a mangé. Une infirmière peut aussi consigner l’apport alimentaire au dossier.

Matériel/affiches de formation :

Voici des exemples d’affiches utilisées pour former le personnel sur la surveillance adéquate de l’apport alimentaire. Ces affiches peuvent être accrochées dans l’unité ou dans les chambres des patients.

Exemple 1

Exemple 2  (Remarque : Dans cet exemple, chaque aliment/boisson représente un pourcentage du repas complet). 

Exemple 3  (Remarque : Dans cet exemple, chaque aliment/boisson représente un pourcentage du repas complet). 

Exemple 4

Surveillance du poids corporel :

Formation sur la surveillance du poids 
Cette présentation PowerPoint peut être utilisée pour démontrer l’importance de la mesure régulière et précise du poids des patients.

Fiche de suivi des pesées
Voici un modèle de fiche pouvant être utilisée pour inscrire les résultats des pesées régulières, avant de les consigner aux dossiers des patients.

Rappel au sujet des pesées
Ce modèle d’affiche peut être utilisé pour rappeler au personnel de remettre les pèse-lits à zéro, dans les hôpitaux qui en possèdent. 

L’équipement :

Grâce à ce site, vous pouvez obtenir l’équipement nécessaire pour prendre des mesures anthropométriques.  L’équipement utilisé dans le cadre de l’étude Nutrition Care in Canadian Hospitals comprenait un fauteuil pèse-personne numérique, une toise pour mesurer la distance talon-genou, une toise portative, un dynamometer et un ruban à mesurer. http://www.weighandmeasure.com/


Remerciements : Les idées et ressources présentées sur cette page ont été en partie fournies par les hôpitaux ayant participé au projet More-2-Eat.


© 2017 Canadian Malnutrition Task Force
^